les personnages importants du moyen age :

A-D    E-H    I-L    M-P    Q-T    U-Z

Agnès Sorel
(1422 - 1450)
La jeunesse et la beauté d'Agnès Sorel vont très rapidement la faire remarquer par le roi de France, Charles VII. On la lui présente comme la plus jolie femme du royaume. Très rapidement, en 1444, Agnès Sorel passe du rang de première dame officieuse du royaume de France. Elle a le statut de favorite officielle, ce qui est une nouveauté : les rois de France avaient jusque là des maîtresses mais elles devaient rester dans l'ombre. Le roi lui offrit le premier diamant taillé connu à ce jour. Très influente auprès du roi, le dauphin, futur Louis XI, ne supporte pas la relation d'Agnès avec son père. Un jour il laisse éclater sa rancœur et poursuit, l'épée à la main, l'infortunée Agnès dans les pièces de la maison royale. En 1450, sa mort fut si rapide qu'on croit tout d'abord à un empoisonnement. On accusa même son ami Jacques Cœur, avant de se tourner vers Louis XI.
Arthur III de Bretagne, connétable de Richemont
(1393 - 1458)
Arthur, duc de Richemont est le fils de Jean IV, duc de Bretagne. Blessé à Azincourt, Richemont en conservera le surnom de "balafré". Fait prisonnier, il demeura en Angleterre jusqu'en 1420. Yolande d'Aragon, belle-mère de Charles VII, le fait nommer connétable de France en 1425. Mais Arthur est un personnage entier qui n'hésite pas à s'attaquer aux favoris du roi. Il finit par tomber en disgrâce et s'exile sur ses terres. Lorsqu'Orléans est menacé, Richemont n'y tient plus. Il décide de venir au secours de la ville avec une armée de Bretons, il participe activement à la bataille de Patay. Malgré l'insistance de Jeanne, la rancune royale l'écarta de la cérémonie du sacre. Richemont revient en faveur après la disgrâce de son rival La Trémoïlle en 1433. Il luttera fermement contre la Praguerie et entre victorieusement dans Paris en 1436. Il est le vainqueur de Formigny en 1450. Devenu duc de Bretagne, Richemont meurt en 1458.
Bernard VII d'Armagnac
(1360 - 1418)
Bernard devient comte d'Armagnac à la mort de son frère aîné en 1391. Il prend peu à peu de l'influence à la cour de France, alors que se précisent les vues de Louis d'Orléans sur le Milanais, où leur intérêts sont voisins. Après la mort du duc Louis en 1407, Armagnac reste attaché au parti d'Orléans. Il marie sa fille Bonne d'Armagnac au nouveau duc Charles d'Orléans en 1410. Gendre du duc d'Orléans assassiné, Bernard d'Armagnac fait figure, à partir de 1410, de chef du parti hostile au duc de Bourgogne. Il conduit en province et à Paris la répression contre le mouvement bourguignon et cabochien de 1413. Il devient connétable de France en 1415 et sera le chef du gouvernement du dauphin jusqu'à la victoire bourguignonne de 1418 où il est massacré.
Bertrand du Guesclin
(1320 - 1380)
D'origine bretonne, Bertrand du Guesclin gagne le respect de la noblesse à la pointe de son épée. Il est à l'origine de nombreux exploits, c'est l'un des plus grands guerriers de son temps. Entré au service de Charles V, il remporte la bataille de Cocherel en 1364 contre Charles le Mauvais. La même année il est fait prisonnier à la bataille d'Auray contre le fils de Jean de Montfort. En 1365 à la demande du roi de France il entraîne les Grandes compagnies en Espagne. Il participe à la bataille de Montiel, en 1370. En récompense de ces actions en Espagne il est fait duc de Molina. En octobre 1370, revenu en France, il est fait connétable par Charles V. Sa grande entreprise va être d'expulser les Anglais. Grâce à sa ruse, il parvient à regagner la quasi-totalité des conquêtes anglaises. Charles V le fit ensevelir dans la basilique royale de Saint-Denis, aux côtés des rois de France.
Charles V le Sage
(1338 - 1380)
Troisième roi de la branche dite de Valois, Charles V est le fils de Jean II le Bon. Il est le premier héritier à utiliser le titre dauphin, après que son père acquit la province du Dauphiné. Charles doit assurer très tôt la Régence du royaume après la capture de son père à Poitiers. En 1358, le prévôt des marchands de Paris, Étienne Marcel se révolte contre Charles, et il force le roi à fuir Paris, il reviendra après sa mort. L'armée française commandée par Bertrand Du Guesclin bat le roi de Navarre Charles le Mauvais et ses alliés anglais à Cocherel en 1364. Il engage plusieurs travaux pour consolider la capitale. Charles est un patron des arts, et il reconstruit le Louvre en 1367. Il crée aussi la première bibliothèque royale de France.
Charles VI le Fol
(1368 - 1422)
Charles VI dit le Bien Aimé puis Charles le Fol est le fils de Charles V. A la mort de son père, il est sous la tutelle de ses quatre oncles, qui usent et abusent des ressources du royaume. Charles VI les chasse et rappelle les "Marmousets" de son père. En 1392, dans la forêt du Mans il commença à éprouver des crises de folie furieuse. Il est probable qu'il souffrît d'un trouble bipolaire (autrefois psychose maniaco-dépressive). Sa folie provoque la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons qui se disputent le royaume. L'Angleterre reprend les hostilités, et est victorieuse à Azincourt (1415). En 1420, Charles fut forcé de signer le traité de Troyes, qui reconnut Henri V d'Angleterre comme successeur en lieu du fils de Charles, Charles VII.
Charles VII le Victorieux
(1403 - 1461)
Fils de Charles VI, sa légitimité (contestable selon le traité de Troyes) fut reconnue par les Armagnacs et il bénéficia du soutien de Jeanne d'Arc, dont les victoires sur les Anglais lui ouvrirent le chemin de Reims, où, appelé jusque-là le «roi de Bourges», il se fit sacrer en 1429. L'impulsion donnée par Jeanne se poursuivit après sa mort (1431); ainsi, en 1453, les Anglais ne conservaient plus que Calais. Charles VII fortifia l'autorité royale par la création d'une armée permanente (francs archers, compagnies d'ordonnance) et d'impôts permanents (taille, aides). La pragmatique sanction de Bourges (1438) restreignit le pouvoir du pape sur l'Église de France.
Charles VIII
(1470 - 1498)
Charles VIII est le fils de Louis XI et de Charlotte de Savoie. A la mort de son père, sa sœur Anne de Beaujeu assure sa tutelle. Une rébellion des princes emmenés par Louis II d'Orléans, déclenche la Guerre folle. Charles épouse Anne de Bretagne (fille de François II), initialement promise au puissant Maximilien de Habsbourg. Il signe trois traités avec le roi d'Angleterre, le roi d'Aragon et l'empereur germanique pour assurer ses prétentions en Italie. En 1494, Charles VIII devient roi de Naples et de Jérusalem. S'engage alors la première guerre d'Italie (1494-1497). La ligue de Venise contraint les Français à se retirer. A la suite de la bataille de Fornoue, Charles VIII réussit à échapper à ses ennemis. Après sa mort, son cousin le duc d'Orléans, Louis XII, lui succède.
Charles de Blois
(1319 - 1364)
Charles de Blois est devenu duc de Bretagne en 1341, ayant épousé Jeanne de Penthièvre (dite la Boiteuse), nièce du duc Jean III de Bretagne en 1337 à Paris, ce qui a déclenché la guerre de Succession de Bretagne lorsque par l'arrêt de Conflans, le roi Philippe VI de France le reconnaît Charles de Blois duc de Bretagne. En 1344, il prend Quimper. Il est fait prisonnier par les Anglais au siège de Vannes en 1347. Il est libéré après 9 ans de captivité en Angleterre, après s'être engagé à verser une rançon de 700 000 florins d'or, qui n'était pas entièrement payée à sa mort. En 1357, Charles de Blois adoube chevalier Bertrand du Guesclin qui s'est illustré à la défense de Rennes. Charles de Blois meurt le 29 septembre 1364 lors de la bataille d'Auray contre le fils de Jean de Montfort (devenant Jean IV de Bretagne).
Charles d'Orléans
(1394 - 1465)
Charles est le fils de Louis Ier, duc d'Orléans, frère du roi de France Charles VI. Son enfance est marquée par le conflit qui oppose son père à Jean sans Peur, duc de Bourgogne, conflit qui est à l'origine de la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Son père est tué sur l'ordre du duc de Bourgogne en 1407. Âgé d'une dizaine d'années, il a épousé sa cousine germaine Isabelle de Valois, fille de Charles VI, et veuve de Richard II d'Angleterre. A sa mort, Charles se remarie avec la fille du comte Bernard VII d'Armagnac, grand féodal du Sud-ouest, transférant le conflit familial à la maison d'Armagnac. En 1415, Charles d'Orléans est fait prisonnier à Azincourt et emmené en Angleterre. Il restera 25 ans en Angleterre, années pendant lesquelles il développera une grande œuvre poétique. Charles est le père du roi Louis XII.
Charles le Mauvais
(1332 - 1387)
Roi de Navarre, Charles le Mauvais est le fils de Philippe d'Evreux et de Jeanne II de Navarre. Petit-fils de Louis X le Hutin, il espéra longtemps une hypothétique restauration de ses droits éventuels à la couronne de France et intrigua beaucoup dans ce but, allant jusqu'à épouser Jeanne de France, fille de Jean II le Bon. En 1354, il est impliqué dans l'assassinat du connétable de France. Il prend également contact avec le Prince Noir, lui offrant ses places normandes. Jean le Bon préféra négocier avec lui et signa le traité de Mantes (1354). Par ce dernier, le Navarrais agrandit son domaine normand de plusieurs vicomtés et fiefs. Il est ensuite emprisonné à Château-Gaillard, mais s'en évade en 1357. Il est finalement battu par Bertrand du Guesclin à Cocherel (1364) et doit abandonner certaines de ses possessions.
Charles le Téméraire
(1433 - 1477)
Homme d'un exceptionnel courage, il est cependant connu pour son caractère violent et impulsif. Il ne connaît qu'un moyen pour obtenir ce qu'il veut : la force. Charles n'hésitera pas à défier dans le cadre de la Ligue du Bien public Louis XI en lui livrant bataille à Montlhéry (1465) et en mettant le siège devant Paris. Ainsi contraint-il le roi à lui rendre la Picardie. Son objectif principal est de constituer un grand État bourguignon dont il prendrait la couronne royale. Se considérant comme souverain de droit divin, Charles le Téméraire multiplie les occasions de défier le roi de France, voire de l'humilier lorsqu'il oblige Louis XI après l'entrevue de Péronne (1468). Mais Charles subit ses premiers échecs (Beauvais en 1472). En guerre contre les Suisses, il commet beaucoup d'erreurs tactiques, et est battu à Grandson et à Morat en 1476. En 1477, il envahit la Lorraine et met le siège devant Nancy. C'est là qu'il trouve la mort, vraisemblablement assassiné par l'un de ses généraux.
Etienne Marcel
(1315 - 1358)
Prévôt des marchands de Paris et homme politique français, Étienne Marcel joua un rôle considérable aux États généraux de 1355 et 1357. Devant l'opposition du dauphin (futur Charles V ) il organisa le 22 février 1358 la première journée révolutionnaire parisienne. Avec ses partisans, il envahit le palais et obligea le dauphin à renouveler l'ordonnance de 1357 qui prévoyait le contrôle des subsides par les États généraux, un conseil adjoint au dauphin. Devenu maître de Paris, il s'efforça de gagner la province à sa cause, mais le dauphin ayant pu s'enfuir bloqua Paris. Étienne Marcel se compromis par son alliance avec Charles II le Mauvais ; alors qu'il essayait de faire entrer ce dernier dans Paris au milieu de la nuit, il fut surpris par l'échevin Jean Maillard, partisan du dauphin, qui l'exécuta.
Étienne de Vignolles, dit La Hire
(1380 - 1442)
Le surnom d'Étienne de Vignolles dit La Hire viendrait du fait qu'il était assez violent et coléreux (ire = colère). La Hire est l'un des plus grand combattant de son temps. Il rencontre Jeanne d'Arc à Orléans en 1429. Il fit des prodiges de valeur aux batailles de Jargeau et à Patay; et s'approcha de Rouen en 1431 pour tenter de délivrer l'héroïne mais tomba lui même au pouvoir des Anglais et fut fait prisonnier. Ayant réussi à s'échapper l'année suivante, il reprit la guerre en Artois, en Île-de-France, en Picardie, remportant de nombreux succès, mais multipliant aussi les actes de cruauté et les pillages. Il mourut des suites de ses blessures à Montauban, où il avait accompagné le roi Charles VII. La Hire est devenu le valet de cœur des jeux de cartes.
Gilles de Montmorency-Laval, Baron de Rais
(1404 - 1440)
Petit-neveu du connétable Bertrand du Guesclin, Gilles de Rais est certainement le plus troublant des compagnons de Jeanne d'Arc. Il obtient le bâton du maréchal après l'écrasante victoire de Patay. Il se retire sur ses terres après l'échec de Paris, c'est là qu'il accomplit ses crimes. Il est accusé d'avoir violé, torturé et assassiné 140 enfants, notamment dans le cadre de rites sataniques, durant huit années. Les chefs d'accusation sont les plus graves de l'époque : « sodomie, sorcellerie et assassinat ». Gilles de Rais et ses deux valets seront pendus puis brûlés. Gilles de Rais a inspiré la littérature, notamment les personnages de Barbe Bleue et de Dracula. S'adonnant à l'alchimie, il incarne tout ce que le Moyen Âge a de plus obscure. Sa figure légendaire est entourée d'anecdotes.
Isabeau de Bavière
(1371 - 1435)
Philippe II le Hardi, duc de Bourgogne, cherchant des alliances avec l'Allemagne donna pour épouse à son neveu Charles VI la fille du duc de Bavière, Isabeau. La folie du roi, qui se déclare en 1392, fera d'elle la régente du royaume. Elle se trouva alors au centre de toutes les querelles et intrigues entre Armagnacs et des Bourguignons. Dans son Histoire secrète d'Isabeau de Bavière, le marquis de Sade a vu en elle une incarnation du vice et le portrait qu'il donne d'elle s'est imposé à tous. Devenue très vite impopulaire, elle fut particulièrement visée par l'émeute cabochienne de 1413. Exilée à Tours par les Armagnacs, elle se lia alors avec le duc de Bourgogne, Jean sans Peur, qui la délivra. À la fin de 1417, elle organisa à Troyes un gouvernement étroitement contrôlé par les Bourguignons. Puis en 1420, c'est le désastreux traité de Troyes qui déshérite son fils, le dauphin Charles au profit du roi d'Angleterre.
Jacques Coeur
(1395 - 1456)
Négociant français. Sa fortune, édifiée sur la spéculation sur les métaux précieux et le commerce avec le Levant, lui permit de devenir le banquier de Charles VII. Nommé argentier du roi (1440), investi d'importations missions diplomatiques, il assainit la situation monétaire, finança la reconquête du royaume, tout en augmentant sa fortune personnelle. Il fut arrêté en 1451 sous l'accusation (qui se révéla non fondée) d'avoir fait empoisonner Agnès Sorel (maîtresse du roi), puis fut maintenu en prison pour malversations. Il va finir sa vie aventureuse comme dans un roman de cape et d'épée. Il s'évade de sa prison, rejoint Rome et le Pape, affrète une flotte au nom de son illustre hôte, et s'en va combattre les infidèles. Il meurt en 1456, sans doute lors d'un combat naval avec les Turcs. Louis XI réhabilita sa mémoire.
Jean II le Bon
(1319 - 1364)
Jean II est le fils de Philippe VI, et le second roi de la dynastie des Valois directs. En 1355, la guerre reprend contre les Anglais menés par Édouard, le Prince Noir et, en 1356, Jean II est battu à Poitiers. Fait prisonnier, il est emmené à Londres. Bien qu'au terme du traité de Brétigny en 1360 la liberté lui soit rendue contre une rançon de 3 000 000 de livres, il revient se constituer prisonnier en 1364 lorsqu'il apprend la fuite de son fils, Louis d'Anjou, otage de l'Angleterre. Irréfléchi et prodigue, mal conseillé, manquant de sens politique, il fut cependant courageux. Le roi Jean II le bon est également à l'origine du franc à cheval.
Jean Bâtard d'Orléans, comte de Dunois
(1402 - 1468)
Jean, Bâtard d'Orléans, est le fils naturel de Louis, duc d'Orléans. Enfant bâtard, il est élevé en compagnie du futur Charles VII, pendant une dizaine d'années. Chambellan du dauphin et régent, il est nommé lieutenant-général du duc Charles d'Orléans pendant la captivité de celui-ci, étant le seul représentant mâle de la famille sur le territoire français. Il fut chargé de la défense d'Orléans et accueillit Jeanne d'Arc. Il sera ensuite de tous les combats au côté de la Pucelle qu'il accompagnera jusqu'à Paris. Dunois resta finalement d'une fidélité absolue à Charles VII, puis Louis XI. Sa brillante conduite à la tête des armées le fit couvrir d'honneurs, le roi lui donnant le titre de "Restaurateur de la Patrie". Il reçut en 1439 le comté de Dunois, dont le nom l'immortalisera. En 1450, il remporta, avec Richemont et Clermont, la victoire de Formigny. Puis il se retourna vers la Guyenne. Tout s'acheva après la bataille de Castillon en 1453.
Jean de Montfort
(1294 - 1345)
Son demi-frère Jean III, duc de Bretagne, avait désigné sa nièce Jeanne de Penthièvre pour lui succéder, l'écartant. Cependant, à la mort de Jean III, il se trouvait à Nantes et se fit proclamer duc de Bretagne, s'emparant du trésor ducal. Charles de Blois en appela à la Cour des Pairs, qui trancha en sa faveur. Un certain nombre de barons bretons se rallièrent à Charles de Blois, le mari de Jeanne de Penthièvre. Une guerre s'ensuivit durant vingt ans, appelée guerre de Succession de Bretagne. Jean de Montfort était soutenu par le roi d'Angleterre, et Charles par le roi de France. Jean mit le siège devant Nantes en 1341, mais fut fait prisonnier par les Français. Il parvient à s'évader en 1344, mit le siège devant Quimper, mais fut repoussé, tomba malade et mourut à Hennebon en 1345.
Jean de Valois, duc d'Alençon
(1409 - 1476)
Jean de Valois, duc d'Alençon est le fils de Jean le Sage, tué à Azincourt. Il descend directement de Charles de Valois, père de Philippe VI. En 1428, après la disgrâce du connétable Richemeont, son rang de plus proche parent du roi le faisait lieutenant-général commandant l'armée royale. Jeanne l'appelait "gentil duc" ou "beau duc". Il prépara l'expédition pour sauver Orléans, commanda à Patay. Il adoube Charles VII le matin du sacre. La suite de sa carrière est moins honorable. Il fut condamné à mort puis gracié à deux reprises pour avoir intrigué avec les Anglais puis les Bourguignons de Charles le Téméraire. Il finit sa vie emprisonnée au Louvre.
Jean Sans Peur
(1371 - 1420)
Jean est le fils de Philippe le Hardi, duc de Bourgogne. Il participe à la croisade entreprise par Sigismond de Hongrie contre les Turcs, se bat vaillamment et y gagne son fameux surnom. Revenu en France en 1398, il succède à son père en 1404. La maison de Bourgogne qui a les caisses vides doit aller voir du coté de l'argent royal. Il manie donc avec habileté la démagogie et acquiert des sympathies dans la bourgeoisie parisienne. Pour ne pas être évincé du pouvoir dans le royaume, il menace Paris en 1405, puis fait assassiner le duc d'Orléans en 1407 et entre en conflit avec le parti d'Orléans, dont l'homme fort est maintenant Bernard VII d'Armagnac. Il s'implique dans l'insurrection cabochienne et s'aliène ainsi les modérés. Il doit quitter brusquement Paris en 1413, laissant place à la réaction armagnaque. Rentré en force dans la capitale en 1418, il cherche à se rapprocher du dauphin contre les Anglais. Quelques hommes de main des Armagnacs l'assassinent alors, à l'occasion d'une entrevue avec le dauphin à Montereau en 1420.
Jeanne d'Arc
(1412 - 1431)
Issue d'une famille modeste, nommée Darc (elle ne fut jamais bergère), Jeanne entend vers 1425 la voix de Saint-Michel, qui lui ordonne d'aller au secours du roi de France Charles VII. En fév. 1429, elle obtient de Robert de Baudricourt, qu'une petite escorte l'accompagne à Chinon, où résidait le roi. Après avoir convaincu Charles VII de sa mission, elle délivre Orléans assiégée par les Anglais (8 mai), dont les défaites successives permettent à Charles VII de gagner Reims, où il est sacré (17 juil.). Il renonce alors au soutien de Jeanne, qui mène des actions isolées. Elle est capturée devant Compiègne (23 mai 1430) par les Bourguignons, qui la livrent aux Anglais (nov.); ceux-ci lui intentent un procès en sorcellerie, de façon à discréditer le sacre de Charles VII. Le procès se déroule à Rouen, à huis clos, sous la conduite de l'évêque Cauchon (9 janv.-28 mars 1431), et Jeanne est brûlée vive dans cette même ville, le 30 mai, sans avoir renié ses «voix».
Louis XI
(1423 - 1483)
Louis XI est le fils de Charles VII et de Marie d'Anjou. Il épouse Marguerite d'Ecosse en 1436 puis Charlotte de Savoie en 1451. Dauphin, Louis XI créé beaucoup de difficultés à son père, il doit se réfugier à la cour de Philippe le Bon, duc de Bourgogne. Dès le début de son règne, il est vite confronté au mécontentement des grands Seigneurs. La Ligue du Bien Public, dirigée par son frère Charles, Duc de Berry s'oppose à lui. Le roi remporte la victoire de Montlhéry en 1465 contre les féodaux. En 1468 Louis XI est retenu prisonnier par le Duc de Bourgogne Charles le Téméraire lors de l'entrevue de Péronne. Louis signe un traité humiliant qu'il s'empresse de dénoncer une fois libre. En 1475 il signe avec Edouard IV Roi d'Angleterre la trêve de Picquigny qui lui permet d'isoler Charles le Téméraire. Celui-ci est vaincu par les Suisses à Granson et Morat en 1476 et il est tué en faisant le siège de Nancy l'année suivante. Louis XI s'empare alors du Duché et du Comté de Bourgogne et de la Picardie.
Louis d'Orléans
(1372 - 1407)
Fils du roi de France Charles V, et frère cadet de Charles VI. Louis se dispute le royaume avec les ducs de Bourgogne, son oncle Philippe le Hardi, puis son cousin Jean Sans Peur. Sur l'ordre de ce dernier Louis fut assassiné provoquant la guerre civile entre Armagnacs et Bourguignons. Louis est à l'origine de la dynastie Valois-Orléans, il est le père de Charles d'Orléans et le grand-père du roi Louis XII. Il eut également un enfant illégitime illustre : Jean, Bâtard d'Orléans. On pense que Charles était aussi l'amant de la reine Isabeau de Bavière.
Olivier V de Clisson
(1336 - 1407)
Olivier de Clisson est un grand seigneur assez méconnu, et qui reste une figure importante de la guerre de Cent Ans. D’origine bretonne, il participe à la Guerre de succession de Bretagne, et remporte la victoire d’Auray sur les troupes du roi de France. Par la suite, il rompt avec son suzerain duc de Bretagne, allié des Anglais, et fait alliance avec Bertrand du Guesclin avec qui il part en campagne. Grand militaire, sa cruauté au combat lui laisse le surnom « le Bouché ». Devenu connétable de France sous Charles VI, il fait parti des « Marmousets » rappelé au gouvernement. Il mena un temps le projet d’envahir l’Angleterre à l’aide d’une grande flotte et d’un immense radeau de bois.
Philippe VI de Valois
(1293 - 1350)
Philippe de Valois est le premier roi de la branche dite de Valois. Il était le fils de Charles de Valois, frère cadet de Philippe le Bel. À la mort de son cousin germain Charles IV dit Charles le Bel, en 1328, et en l'absence d'héritier mâle survivant, il fut reconnu roi de France. Cette succession, contestée par le roi d'Angleterre Edouard III, lui-même petit-fils de Philippe IV le Bel par sa mère, fut la cause de la Guerre de Cent Ans. Dès son accession contestée au trône, Philippe s'empresse d'aller écraser les flamands à Cassel (1328). Essayant de mettre main basse sur la Guyenne, il déclenche la guerre avec Edouard III. Celui-ci débarque en France et humilie l'armée royale à Crécy (1346). Le règne de Philippe est également marqué par la Grande Peste. Son fils Jean II le Bon lui succède en 1350.
Philippe II le Hardi
(1342 - 1404)
Philippe est le quatrième fils du roi de France Jean le Bon. Il gagne son surnom au côté de son père à la bataille de Poitiers en 1356. Il reçoit le duché de Bourgogne en 1363 et gagne celui de Flandre lorsque son beau-père meurt sans héritier mâle. Il inaugure ainsi une politique matrimoniale qui constituera en quelques décennies l'État bourguignon. Il fait aussi entrer par ces mariages la nouvelle dynastie de Bourgogne dans le réseau d'alliance de la maison de Bavière. Après les insurrections flamandes de 1382, il conclut la paix de Tournai (1385) qui rétablit la paix en Flandre. Très actif à la cour de France, il prend une part importante au gouvernement des oncles de Charles VI. Le retour des Marmousets l'écarte un temps du pouvoir en 1388, mais la maladie du roi l'y ramène en 1392. Il entre alors en rivalité avec le frère du roi, Louis, duc d'Orléans. A sa mort, son fils Jean sans Peur lui succède.
Philippe III le Bon
(1396 - 1467)
Duc de Bourgogne (1419-1467), fils de Jean sans Peur. L'assassinat de son père par les Armagnacs le poussa immédiatement à s'allier aux Anglais, contre le Dauphin (en reconnaissant Henri V comme héritier du trône de France); mais en 1435 (traité d'Arras), il se réconcilia avec Charles VII, accrut sa puissance déjà considérable (annexion des villes de la Somme, qui seront rachetées par la France en 1463; achat du Luxembourg en 1441) et poursuivit l'œuvre administrative de Philippe II. Ce prince éclairé, protecteur des arts, fut le père de Charles le Téméraire. Effrayant lors de ses colères mais pardonnant vite, ce qui explique probablement le surnom que lui a gardé la postérité, aimant la bonne chère, d'une sensualité débordante (trente maîtresses connues). Il prenait le temps de la réflexion et s'entourait d'avis avant d'agir.
Pierre Cauchon
(1371 - 1442)
Issu de la prestigieuse université de Paris, c'est un grand érudit et un homme politique : il est maître des arts, licencié en droits canoniques, docteur en théologie, chanoine de Beauvais en 1409, recteur d'université, défenseur de Jean sans Peur au Concile de Constance, maître des requêtes au Parlement en 1418. Il est l'un des membres actifs du parti réformiste, gallican et bourguignon. En 1420, sur la recommandation de Henri V, duc de Bourgogne, il devient évêque de Beauvais et à ce titre est le principal animateur du procès de Jeanne d'Arc puisque cette dernière a été prise dans son diocèse, à Compiègne. Après sa mort, il est nommé, en 1431, évêque de Lisieux.
Yolande d'Aragon
(1379 - 1443)
Personnage enigmatique du règne de Charles VII, Yolande d'Aragon est la belle-mère du jeune Dauphin. Marié à Louis d'Anjou, elle se révèle une excellente politicienne. Très vite au cours du conflit qui secoue la France, elle protège le Dauphin Charles en le gardant dans ses châteaux de la vallée de la Loire. Elle lui donne sa fille pour épouse et l'entoure de ses conseillers de la Maison d'Anjou. Elle manoeuvre pour rompre l'alliance de la Bretagne avec l'Angleterre en favorisant l'essor du connétable Arthur de Richemont, futur duc de Bretagne. Conseillère très proche du jeune Charles VII, elle apporte tout son soutien à Jeanne d'Arc. Certains la voient même comme une manipulatrice qui aurait utilisée la Pucelle à des fins politiques.
 
 
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site